Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 4 semaines
Un roman hors-normes !

Durant l’été, l’équipe On Lit Plus Fort a pu se plonger avec délice dans les parutions à venir ! Et en toute honnêteté, la lecture de Le Matin de Neverworld, de Marisha Pessl, nous a complètement happés !

« Ils avaient été mes premiers vrais amis – une galerie de portraits tellement vivants et loyaux que, telle l’héritière d’une grande dynastie, je ne pouvais que m’extasier sur ma chance. »

C’est à travers le personnage de Beatrice, surnommée « Bee », que nous faisons la connaissance de quatre autres adolescents aux caractères bien trempés : Whitley, la riche et jolie fille capable de se mettre dans des colères noires ; Cannon le génie de l’informatique ; Martha le rat de bibliothèque et l’extraverti Kipling. Autrefois, Bee et cette joyeuse bande formaient un groupe soudé : ils étaient les meilleurs amis du monde. Mais ça, c’était avant le décès de Jim, le « leader absent » et petit ami de Beatrice.

« J’avais passé l’année qui avait suivi convaincue que mes amis en savaient bien plus à ce sujet qu’ils ne l’avouaient, et je savais que la vérité s’éloignait chaque jour un peu plus. »

 Officiellement, il s’agit d’un suicide. Mais Bee en est persuadée, entre mensonges et non-dits, ses anciens amis lui ont caché une part de la vérité. Après une année de silence radio, l’adolescente décide finalement de reprendre contact à l’occasion de l’anniversaire de Whitley. L’espace de quelques heures tout semble redevenir « comme avant ». Et si le prénom de Jim continue de brûler les lèvres de Beatrice, à aucun moment elle n’ose aborder le sujet de sa mort. Et surtout pas lors du trajet de retour, durant lequel la petite bande frôle l’accident de voiture.

« Tu te souviens de ce que Jim disait sur l’amitié ? Sur nous ? Ce qu’on a, c’est une loyauté absolue qui nous permet de surmonter n’importe quoi. »

 Ils l’ignorent alors, mais en l’espace d’une seconde, tout a basculé. Suspendus entre la vie et la mort, les cinq adolescents ont été propulsés dans le Neverworld. Seul échappatoire possible ? Voter à l’unanimité pour l’un d’entre eux, le seul qui aura la chance de vivre. Forcément, l’instinct de survie prend le dessus et chacun veut d’abord sauver sa peau : faute d’accord, les adolescents sont alors condamnés à revivre éternellement la même journée.

« Nous étions les seuls survivants d’un naufrage dans une mer déchaînée, et ils m’obligeaient à leur lâcher la main afin de se noyer dans les vagues. »

Pour Cannon, Whitley, Martha et Kipling, le Neverworld se mue tour à tour en prison oppressante, terrain de jeu fascinant et infini dont ils testent les limites et lieu de tous les possibles… Alors que Bee devient le témoin de la folie qui menace de leur faire perdre la raison, elle découvre aussi les règles qui régissent ce monde hors du commun. Et, on ne peut pas vraiment vous en dire plus (ça serait vous gâcher les surprises que vous réserve cette lecture !) mais apprivoiser ces règles pourrait bien lui permettre de découvrir ce qui est arrivé à Jim …

« J’étais une horloge qui tictaquait dans un monde hors du temps. »

Avec le Matin de Neverworld, la talentueuse Marisha Pessl signe son premier roman pour jeunes adultes. Action, secrets bien enfouis, mensonges, méfiance, flashbacks, amour et amitié sont autant d’ingrédients qui en font un véritable page-turner. Mais c’est surtout un roman hors-normes : à mi-chemin entre thriller et roman fantastique, il est porté par des personnages à la psychologie fouillée, tout en nuances, et une ambiance aussi angoissante que captivante. Une chose est sûre : une fois votre lecture achevée, vous ne pourrez pas vous empêcher de vous rappeler que, même si le « temps » semble parfois nous filer entre les doigts, c’est justement ce qui donne tout son sens à la vie.

Et vous, que feriez-vous si subitement le « temps » devenait une ressource infinie ?

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort