Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Tendre et triste à la fois…

« … Les semaines se ressemblent. De temps en temps, la nuit, j’ouvre ma fenêtre et je me penche pour écouter. Je tends l’oreille. Je me demande si je pourrais entendre le bruit de la guerre, très loin, derrière les chiens des fermes… « 

Hiver 1917. Rosalie, cinq ans, attend patiemment le retour de son papa, parti combattre. Chaque jour, alors que sa mère travaille à l’usine, la petite reste au fond de la classe des grands, sage comme une image…

Les saisons passent, le village est calme, mais la guerre, plus loin, n’est pas terminée. En attendant, la petite Rosalie se fait discrète, silencieuse, attentive. Mais on découvre surtout une petite fille vaillante et persévérante. Rosalie est en pleine mission et on prend plaisir à découvrir quel est son plan, son objectif à seulement cinq ans. On ne peut que se laisser attendrir et… bouleverser.

L’émotion est bien présente tout au long de la lecture. Les mots de Timothée de Fombelle nous touchent en plein cœur. L’histoire de Rosalie est celle de beaucoup d’autres enfants, de beaucoup d’autres familles dans l’attente du retour d’un père, d’un frère, d’un mari, qui ne reviendra peut-être pas. Ils sont tous dans l’attente de réponses, de nouvelles. Quand on suit cette petite, le temps semble s’écouler si lentement. On a qu’une envie, c’est de la protéger de cette souffrance…

Verdict : Capitaine Rosalie est un petit récit plein d’émotions, plein de mélancolie. On y rencontre une enfant bien courageuse qui attend des nouvelles de son papa, qui veut la vérité. Pour ne rien gâcher, ce court texte est accompagné d’illustrations aussi douces que la plume de l’auteur. J’ai aimé les nuances de gris et les petites couleurs qui ressortent ici et là, comme les cheveux roux de notre petite héroïne. J’ai aimé les mots simples, pourtant si chargés en émotions. L’ensemble est tendre et triste à la fois. C’est un album à découvrir.

« … Je suis le Capitaine Rosalie, infiltrée dans ce peloton, un matin d’automne 1917. Un jour, on me donnera une médaille pour cela. Elle brille déjà au fond de moi… « 

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort