Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 mois
Magic Charly : un nouveau souffle chez les histoires magiques !

J’ai eu le plaisir de recevoir Magic Charly de la part des éditions Gallimard : merci beaucoup pour ce beau roman !

Autant la couverture de ce roman me plaisait (les illustrations de Stan Manoukian sont très belles !), autant j’avais peur de ne pas apprécier le roman, qui me paraissait être adressé aux plus jeunes. Heureusement, je me trompais : j’ai passé un agréable moment au cœur de ces 400 pages, que j’ai dévorées en une journée seulement (eh oui ! quand on aime, on ne compte pas).

Magic Charly est un roman qui nous fait découvrir un tout nouvel univers magique… tout en reprenant énormément d’éléments déjà vus dans la littérature jeunesse, bien qu’ils soient remixés façon Audrey Alwett. En effet, on y retrouve un jeune garçon qui n’a jamais entendu parler de magie – ou du moins qui ne s’en souvient pas – et qui se retrouve brutalement plongé dedans. Par un de ses « camarades », il apprend qu’un membre de sa famille est très connu dans le monde de la magie, et qu’il lui est arrivé quelque chose de grave… et assez mystérieux. Ce jeune garçon est suivi par un animal, son familier (et autres objets tout aussi surprenants les uns que les autres), est sous la tutelle d’un « maître » aux longs cheveux, et s’aperçoit au fil du roman qu’un ennemi vêtu de noir lui en veut personnellement… Bon, je m’arrête là, où vous n’avez pas encore remarqué les similitudes à Harry Potter ou encore Tara Duncan ? ;)

Toutefois, ces ressemblances ne m’ont pas dérangée. Certes, j’avais parfois l’impression de me retrouver face à un Harry venant du sud, mais l’histoire est très différente, et tous les petits détails apportés par l’auteure chassent cette impression de « Harry-bis ». La vision de la magie d’Audrey Alwett est sympathique : ici, pas besoin de baguettes ! Les « magiciers » tracent leurs runes à la main, et la magie impacte la nature : plus il y en a, plus elle éclabousse et fait pousser arbres, fleurs et toutes sortes de plantes dans les environs. Moi qui suis très touchée par l’environnement, j’ai énormément aimé cette vision et l’impact de la magie. Vous comprendrez pourquoi il est presque dangereux de voler sur un balai ! Je ne m’attarderai pas plus sur cet univers, mais le décor planté par l’auteure est à l’image de la couverture : riche, coloré, agréable. Il donne envie de s’y plonger !

Le roman baigne dans une atmosphère particulière, celle de la nature florissante, et de la douce folie, qui ressort notamment des personnages. J’ai été touchée par le personnage de Charly, dépeint comme quelqu’un de grand, imposant et intimidant. Pourtant, c’est un garçon très attachant qui s’oppose à la violence et ne peut s’empêcher de sourire à ses amis, dans toute situation. Comment ne pas l’apprécier ? De plus, ce qui est plutôt rare dans la littérature jeunesse, c’est sa couleur de peau. Petit détail certes sans impact sur l’histoire, mais que je tenais tout de même à souligner.

Ce roman est donc un bon premier tome, qui permet d’introduire un bon nombre de choses que j’aurai plaisir à retrouver par la suite : des personnages loufoques ou terre-à-terre, tous très attachants, un nouvel univers, décrivant une face de la magie qu’on ne connaissait pas, une histoire intéressante, avec des tours et des détours, son intrigue ficelée et son dénouement mouvementé (mais peut-être un peu trop rapide). Que du positif, donc. Sans oublier l’humour de l’auteure, et sa plume très agréable à suivre. Le mot de la fin : à quand la suite ?

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort