Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 10 mois
Les mille visages de notre histoire : sensible et percutant

Les mille visages de notre histoire c’est le récit de la rencontre entre Libby et Jack, deux adolescents qui ne semblent rien avoir en commun et pourtant…

Libby est une adolescente qui reprend au début de l’histoire une scolarité classique après plusieurs années de cours par correspondance, une adolescente en surpoids qui revient de loin puisqu’elle était il y a encore peu « la plus grosse adolescente d’Amérique ». En effet après le décès brutal de sa mère, la jeune fille est entrée dans une spirale autodestructrice jusqu’à ne plus être physiquement capable de sortir de chez elle.

Jack est lui un adolescent qu’on a de prime abord l’impression d’avoir croisé des centaines de fois en YA dans le rôle du meilleur pote du héros. Il est populaire, sportif, et a toujours le bon mots pour se sortir de toutes les situations farfelues dans lesquelles il peut se fourrer. Sauf que la plupart du temps il ne se met pas dans ses situations par défi ou pour faire l’intéressant. En effet Jack a un lourd secret qu’il cache à tous, sa famille y compris : il est atteint de prosopagnosie. Qu’est-ce que la prosopagnosie ? Eh bien c’est un trouble de la reconnaissance des visages. Jack est en effet totalement incapable d’identifier et mémoriser les visages, le sien y compris. Si il se sert de différents éléments comme la coupe de cheveux ou les vêtements pour reconnaître les personnes de son entourage, il suffit que la personne décide de modifier un de ces repères pour que cela cafouille et donne lieu à des situations plus ou moins cocasses dont le jeune homme a l’habitude se sortir avec une pirouette.

Libby est vraiment une héroïne du tonnerre qu’on suit avec énormément de plaisirElle a un caractère très fort et affirmé, c’est une vraie leçon de courage de voir la façon dont elle tient tête aux moqueries et regards insistants. L’auteure parle de son surpoids avec beaucoup de finesse sans pour autant être dans des discours trop convenus qui ne prendraient pas de risques. Je pense que c’est la première fois que je lis un roman où le sujet du surpoids, voir carrément de l’obésité lorsque la jeune fille évoque son passé, est au cœur de l’intrigue et c’est un vrai bon pas sur le chemin de la diversité.

Mais personnellement le personnage qui m’a vraiment touchée c’est Jack. Parce que sous son apparence de gars léger qui suit bêtement les autres même quand ils ont tord, il y a tellement plus de combats intérieurs de par sa condition. Imaginez n’être pas capable de reconnaître vos parents et devoir chaque matin vous fier à des variables tellement changeantes pour resituer toutes les personnes qui vous entourent. Imaginez n’être sur que c’est vous que vous regardez parce que vous savez que vous êtes face à un miroir et non pas car vous vous reconnaissez. On sent très vite le poids de ce secret que le jeune homme porte et qui semble s’alléger sensiblement lorsqu’il se confie à Libby, la première personne à finalement vraiment le comprendre et donc le connaîtreY’a une scène qui m’a d’ailleurs particulièrement touchée, principalement car la souffrance du jeune homme est magnifiquement bien retransmise par la plume de l’auteure, lorsque Jack se retrouve face à un groupe d’enfants et n’est pas capable d’identifier son propre petit frère dont il est pourtant si proche. De tous les moments fort de son roman, et y’en a quand même quelques uns, c’est vraiment celui qui restera avec moi à chaque fois que je repenserais à Les mille visages de notre histoire.

Reste que malgré ses personnages forts et attachants, ses sujets sensibles, et la plume délicate et percutante de l’auteure, Les milles visages de notre histoire n’a pas été un coup de cœur. La faute à quelques coïncidences un peu trop convenues qui personnellement m’ont semblé inutiles et à une romance qui m’a semblé l’être encore plus. Ceci étant dit Les milles visages de notre histoire est un roman avec de jolies leçons, jamais moralisatrices en plus, sur la tolérance qui se lit avec énormément de fluidité et, surtout, avec beaucoup de plaisir.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort