Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Les mille visages de notre histoire, de Jennifer Niven

Après plusieurs années de scolarité à domicile, Libby a envie de retrouver une vie normale et de retourner au lycée. En effet, à la mort de sa mère, elle noie son désespoir dans la nourriture et souffre d’obésité, ce qui la contraint à rester chez elle. Elle ne peut même plus sortir de son lit. Un jour, lors d’une crise de panique, elle est évacuée par les pompiers à l’aide d’une grue. Toute la ville, et même le pays tout entier, suit l’événement exceptionnel qui lui vaut le surnom « L’ado la plus grosse d’Amérique ». Après quelques années, la jeune fille se sent enfin prête à affronter le monde extérieur et à reprendre ses études comme une adolescente normale. C’est avec beaucoup d’appréhension qu’elle se rend à son premier jour de cours. Les élèves vont-ils se souvenir d’elle ? Sauront-ils l’apprécier à sa juste valeur ? Pourra-t-elle montrer qu’elle est bien plus que « la plus grosse ado d’Amérique » ?

Jack, quant à lui, tombeur du lycée, populaire, arrogant et sexy cache une facette de sa personnalité à toutes les personnes qu’il côtoie. Il s’est créé un personnage afin de dissimuler sa véritable nature et de se fondre dans la masse. Sa rencontre avec Libby va changer sa vie. Ils se soutiendront dans les épreuves qui leur seront imposées. 

Combien de fois entend-t-on parler de récits d’adolescent bouleversé par les moqueries de leurs camarades ? Combien de fois l’obésité n’est-elle pas prise au sérieux et reléguée au rang de « tu es gros parce que tu manges trop » ? Qui peut réellement affirmer ne jamais avoir penser ou dit d’une personne forte qu’elle n’avait qu’à « faire du sport » ou « faire un régime » pour perdre du poids ? Et enfin, qui sommes-nous pour juger les gens sans connaître leur passé ? Toutes ces questions sont traitées plus ou moins intensivement dans ce livre.

On se rend compte qu’il est difficile d’être différent (et pas seulement à l’âge adolescent) et surtout que l’on est directement classifié et rangé dans la catégorie « bizarre » lorsqu’on l’est. Dès lors, personne ne veut prendre la peine de faire connaissance avec vous, tout le monde vous regarde de travers et chuchote sur votre passage. Il est déjà difficile de s’assumer, que l’on soit mince, fort, grand, petite, blanc, coloré, chacun à ses défauts et chacun a un aspect de son corps qu’il n’aime pas. Quel est donc le but de rabaisser quelqu’un sur ses faiblesses, alors que nous-même en avons également ? Se sentir plus fort ? Meilleur ? Et que se passe-t-il lorsque l’être humain que vous rabaissez ne montre pas qu’il est touché ? Ou même, prouve qu’il est plus fort mentalement que son agresseur ?

Car c’est bien ce que notre protagoniste essaie de faire. Ne pas se rabaisser au niveau des moqueries stupides des élèves, avancer et prouver (avant tout à elle-même) qu’elle est capable de vivre une vie normale. Tant de questions, mais la particularité de ce roman est de nous faire réfléchir. De nous questionner sur notre manière de penser, sur notre façon de voir le monde qui nous entoure et sur notre ouverture d’esprit. Réfléchir à notre façon d’agir. Parce que, finalement, tout est une question d’ouverture d’esprit et d’intérêt pour les personnes qui nous entoure. Libby est une fille forte et qui, grâce à son expérience, est plus ouverte d’esprit que la plupart des gens. Malgré toute la haine qu’elle a subie, Libby est loin de juger les autres. Au contraire, elle comprend mieux que personne les différences et elle ne veut faire subir à personne ce qu’elle a vécu.

Jack souffre d’un mal différent. Grâce à son physique avantageux et l’image qu’il donne de lui-même, il est l’un de élèves les plus populaires du lycée. Effectivement, sa disparité ne se voit pas au premier abord, car elle est psychologique. Le protagoniste peut donc cacher son handicap et faire croire à ses amis qu’il est comme eux. Il se cache derrière un masque et personne ne le connait vraiment. Il n’a pas la force, ni le courage de Libby. Il a extrêmement peur que son secret soit découvert et de se retrouver seul, que ses camarades ou même sa famille se moquent de lui. Le garçon n’accepte pas sa différence, au contraire de Libby, et il est convaincu qu’elle l’éloignerait de sa vie actuelle. On sent qu’il n’a pas envie d’être confronté à sa déficience, car il n’en parle pas et il essaie de se convaincre qu’il n’est pas malade. Malgré ses tentatives pour l’oublier, il est sans cesse ramené à la réalité par les caprices de son cerveau.

Un point intéressant à soulever est que ce livre montre un aspect auquel on ne prête pas assez attention. En effet, la jeune adolescente n’a pas d’amis, tandis que son camarade en a. Pourquoi ? Simplement parce que la disparité de Libby est visible et celle de Jack cachée. Les gens n’ont pas peur de ce qu’ils ne voient pas, ils ne classent pas ce qui, à première vue, ne les distingue pas d’eux. Jack le sait et c’est pour cette raison qu’il est effrayé à l’idée que quelqu’un découvre son secret.

Le duo que forme Jack et Libby est explosif. Ils se comprennent et partagent une vision de la vie identique. Ils avancent, main dans la main, et affrontent le regard des autres. Les deux protagonistes ont beau être différents, ils arrivent à faire de ces diversités leur force et la base de solide leur unité. L’un est populaire et l’autre, au contraire, ne l’est pas. Malgré qu’ils soient hors des standards que la vie a imposés, ils ne se laissent pas abattre par l’opinion des autres. Libby à cause de son physique, Jack à cause d’une déficience de son cerveau.

Ce livre traite plusieurs thèmes intéressants : l’acceptation de soi : le fait de s’aimer soi-même, aimer son corps et son esprit comme ils sont et accepter d’être différent ; l’ouverture d’esprit mais aussi l’ouverture aux autres et à leurs propres distinctions. L’auteur traite ces sujets avec une justesse qui ne peut que toucher le lecteur. De plus, on sent que l’auteur est très impliqué dans son roman et qu’elle a intégré son expérience dans son livre. Cela rend l’histoire honnête et nous permet de nous identifier aux personnages en fonction de nos propres démons.

La plume légère et moderne de Jennifer Niven vous plongera sans difficulté au cœur de cette histoire touchante et originale. L’auteur vous rappellera les notions de tolérance et d’amour, tout en sensibilité et en émotions. Grâce à la double narration, on se met dans la peau de chaque personnage et on ressent leurs sentiments comme s’ils étaient les nôtres.

Jack bravera ses principes et montrera qu’il n’a pas un cœur de pierre. Il aidera Libby à affronter ses peurs et elle en fera de même avec lui. Une histoire touchante, humoristique mais aussi des coups durs à encaisser et des larmes à sécher. Un joli cocktail d’émotions et un récit bien composé et réfléchi font de ce roman un doux plaisir à dévorer.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort