Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 semaines
Les mille visages de notre histoire

Après avoir découvert la plume de Jennifer Niven avec Tous nos jours parfaits, j’étais curieuse de découvrir son nouveau roman. Mais comme à chaque fois que j’apprécie fortement un premier roman, j’ai toujours cette petite appréhension de ne pas retrouver ce truc qui m’avait plu. Surtout lorsque les auteurs restent dans la même lignée que leur livre précédent.

Les mille visages de notre histoire m’a surprise dès le début en nous offrant un héros atteint de prosopagnosie. Or, je venais de découvrir cette maladie dans un autre roman juste avant (celui-ci !). Ca m’a donc fait sourire et j’ai aimé découvrir ce trouble autrement, car vraiment on le voit d’une autre façon, plus « légère » ou du moins surtout plus lumineuse. Comme pour Tous nos jours parfaits, nous nous attachons à deux héros avec leurs problèmes : Libby Strout et Jack Masselin.

Jack est un ado populaire, star du lycée, beau, intelligent. Mais voilà, il cache un lourd secret, personne ne sait qu’il est atteint de prosopagnosie. Il ne sait pas reconnaître les visages et a mis en place de nombreuses stratégies pour que cela ne se remarque pas.

Autre héroïne : Libby. La jeune fille est connue par tous suite à une vidéo Youtube qui la fait connaître comme l’ado la plus grosse d’Amérique. En effet, elle a été filmée alors qu’il avait fallu détruire un mur pour lui permettre de sortir de son appartement pour obtenir des soins médicaux. Autant dire que la vie n’est pas facile pour elle. Même si elle a perdu beaucoup de poids, elle est toujours en obésité massive et retourner au lycée n’est pas l’étape la plus simple. Pourtant, elle doit le faire pour elle, pour se montrer qu’elle est capable de reprendre pied dans une vie « normale ».

Jack et Libby font connaissance alors qu’un nouveau jeu est lancé par un ami du garçon : le rodéo de grosses. Le principe ? Sauter sur le dos d’une personne obèse et y rester le plus longtemps possible alors que la victime se débat. Jack est horrifié par ce jeu mais va devoir s’y soumettre pour protéger son secret, pour autant. Libby trouvera une lettre écrite par Jack avant de commettre son geste pour tenter de s’expliquer, où il s’y dévoile.

Je ne suis pas un salaud, mais je m’apprête à faire un truc vraiment salaud. Tu vas m’en vouloir, et tu ne seras pas la seule, mais je vais le faire quand même pour te protéger, et me protéger aussi.

Tu vas dire que je me cherche des excuses, mais je suis atteint de ce qu’on appelle la prosopagnosie, ce qui signifie que je ne reconnais pas les visages, même ceux des gens que j’aime. Même pas celui de ma mère. Même pas le mien.

Libby et Jack vont alors se rapprocher et s’entraider. J’ai trouvé leur histoire plutôt mignonne, mais honnêtement je me serais passée de la romance. Pour autant, les deux personnages ont un truc, ils sont forts et capables de soulever des montagnes. On ne peut qu’admirer leur force.

J’en viens à mes bémols. Si j’ai adoré retrouver la plume de Jennifer Niven qui nous émeut toujours autant, j’ai trouvé dommage de revoir certains détails qui m’avaient marquée. Alors certes, ce sont des petites choses mais voir Libby écrire des citations sur ses baskets … Ca m’a gênée. C’est Violet ça (bon et du coup je me demande à quoi ressemblent les baskets de Jennifer Niven, oui oui). Certains passages m’ont vraiment rappelée un peu trop le premier roman de l’autrice finalement.

Pour autant, le message passé dans le roman est fort et surtout on note de nombreuses citations tout au cours du livre. On y parle de bienveillance, de complexes, on retrouve l’adolescence dans son négatif.

Si tous ceux qui ont quelque chose à dire sur mon compte employaient ce temps … je ne sais pas… à être sympas, à s’améliorer, à développer leurs qualités d’âme et de cœur… Tu imagines ? Le monde serait beaucoup plus agréable à vivre.

Alors malgré ces nombreux messages positifs, j’ai été gênée à un moment par le comparatif avec un autre personnage féminin. A un moment, on sent le dénigrement de l’une pour valoriser Libby. J’ai trouvé ça dommage et ça m’a agacée. Je pense qu’il n’y avait pas besoin de ça pour montrer à quel point Libby est incroyable.

Quant à vous, tous les autres, n’oubliez pas : ON VOUS VEUT. Que vous soyez gros, minces, petits, grands, beaux, ordinaires, timides, sociables. Ne laissez personne vous dire le contraire, pas même votre petite voix intérieure.

Surtout pas votre petite voix intérieure .

En bref, Les mille visages de notre histoire c’est …

Malgré tout, Les mille visages de notre histoire reste une très belle histoire. J’ai été touchée par Libby et Jack. Si je pensais me reconnaître et m’identifier davantage à Libby, je me suis finalement plus retrouvée dans la personnalité de Jack. La plume de Jennifer Niven est toujours aussi fluide, elle nous provoque toujours autant d’émotions. J’ai été moins séduite que pour Tous nos jours parfaits, vous l’aurez compris, mais ça reste une belle histoire à découvrir.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort