Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Le Neverworld, cette faille temporelle qui vous tient en haleine !

Votre œil s’est-il accroché à cette couverture mystérieusement magnifique ? Les nuances de gris semblent cacher un secret tandis que le titre en rose donne l’espoir de découvrir ce dont il s’agit. Et puis, les cinq personnages, minuscules êtres insignifiants, sous ces énormes lettres paraissent perdus mais déterminés.

L’histoire est narrée par Béatrice. Cette dernière a perdu son petit copain lors de sa dernière année au lycée. Dévastée par cette perte soudaine, Béatrice s’éloigne également du reste de leur bande.  Plusieurs mois plus tard, après avoir reçu un message mystérieux, Béatrice décide d’aller voir ses anciens amis. Malheureusement, un accident les conduit tout droit dans le Neverworld et il va falloir percer les mystères du décès de Jim afin d’en sortir. Et surtout, il va falloir voter.

La première partie de ce roman se charge de nous mettre dans l’ambiance. Celle-ci est plutôt sombre et grise. On se familiarise avec les divers personnages, leurs caractères et leurs relations. On apprend également à connaitre le Neverworld, cette faille temporelle qui n’appartient ni à la vie ni à la mort. Le début est assez lent, l’auteur prend le temps de mettre en place les bases de l’histoire et de ce monde qu’est le Neverworld. On nous amène petit à petit aux portes de l’intrigue.

La seconde partie nous permet d’entrer réellement dans l’action. Le rythme de l’histoire est beaucoup plus soutenu. C’est à ce moment-là que le roman devient addictif et que l’on a vraiment envie de connaitre la suite. L’enquête est au cœur de l’histoire et les nombreux rebondissements ne la rendent que plus addictive. Le fonctionnement du Neverworld est très complexe et ça donne à réfléchir. Ce n’est pas un livre léger, qui se lit facilement. On contraire, il y a des difficultés à prendre en compte. Le temps ne s’écoule pas de la même manière que dans la vie réelle et il est possible de voyager entre les différents espaces temporels : passé, présent, avenir. Les personnages doivent jongler entre le temps de leur veillée, les informations qu’ils veulent découvrir et les diverses manières de voyager dans le temps.

J’ai beaucoup apprécié les idées de l’auteur et son originalité. J’ai surtout aimé devoir réfléchir au sens de l’histoire, au message que l’auteur voulait faire passer et au fonctionnement du Neverworld. La fin ouverte aux envies de chacun est aussi intéressante. Le Neverworld existe-t-il vraiment ? Avec ces quelques mots, l’auteur remet en question tout le roman. Les habitudes des lecteurs sont chamboulées. Si la première partie peut paraitre lente et longue, le reste du roman nous fait oublier ce départ au ralenti. Et puis, après coup, je me dis que cette mise en place de l’histoire était nécessaire pour ne pas passer à côté du livre et ne pas être totalement perdu dans ce monde nouveau.

« Le matin de Neverworld » est une histoire qui nous tient éveillé. Entourée de mystère, l’enquête nous surprend plus d’une fois et les personnages difficiles à cerner nous réservent bien des surprises. Encore une jolie découverte chez Gallimard Jeunesse !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort