Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 semaines
Le Matin de Neverworld par Marisha Pessl

Je lis très peu de thriller young-adult, je lis très peu de thriller en règle général, c’est pourquoi je suis très contente quand c’est le cas, cela me change, et j’ai franchement beaucoup aimé ce roman qui m’a menée par le bout du nez du début à la fin.

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce livre, c’est que deux intrigues se tissent en parallèle l’une de l’autre : une enquête menée par nos cinq protagonistes, Bee, Martha, Kiepling, Whitley et Cannon, autour de la mort de leur ami Jim, survenue un an plus tôt. Et la découverte de ce Neverworld, de ce qu’il est et de comment en sortir. C’est pourquoi il est difficile de s’ennuyer avec ce roman, étant donné que l’on a constamment de nouveaux éléments à découvrir. On est tenus en haleine par ces deux fils conducteurs, en sachant que dès qu’on aura la réponse à l’un (et encore, est-ce vraiment la réponse ? ;)) on aura encore la réponse à l’autre à découvrir.

C’est donc naturellement que j’ai été très rapidement saisie par l’angoisse du récit. Dès le début on sent que l’on entre dans une atmosphère sombre, assez lourde et presque malsaine. Notre personnage principal, Bee, vient de finir sa première année de fac, et se pose encore beaucoup de questions autour de la mort de son petit ami Jim, comme dit plus haut. On sent qu’elle est bouleversée au plus profond d’elle-même et j’ai vraiment eu cette sensation de plonger dans les méandres de son esprit et que cela n’allait pas être un long fleuve tranquille. J’ai trouvé que cette ambiance était parfaite pour un thriller, ça m’a permis de m’immerger encore plus dans le récit.

Là où je reste un peu dubitative, c’est au niveau du développement du lien entre les personnages. Quand le récit commence, Bee n’a pas vu ses quatre autres amis depuis plus d’un an, la mort de Jim l’a quelque peu séparée des autres, au point de ne plus vraiment avoir l’impression de les connaître, elle le dit elle-même. Pourtant, vers la fin du roman, elle nous dit que cette aventure dans le Neverworld à leurs côtés lui a permis de retrouver cette connexion qu’ils partageaient avant, qu’elle les aimait et avait le sentiment de les avoir retrouvés. Hors je n’ai absolument pas ressenti cela durant ma lecture. Au contraire, au fur et à mesure de l’enquête, tout le monde est à un moment donné suspecté dans l’affaire de la mort de Jim, sans oublier que le Neverworld a de quoi mettre les nerfs à fleur de peau à plus d’un… Du coup, je n’ai pas vu d’évolution dans leur amitié, je n’ai pas vu de complicité, j’avais plus l’impression de voir des adversaires (ce qui ne me dérangeaient pas dans ce genre d’intrigue) que des complices. C’est pourquoi je suis restée sceptique lorsque Bee a allégué le contraire.

Pour autant, la suite – et la fin -, a continué à me surprendre. Il y a une incertitude persistante, même une fois la lecture achevée, entre rêve et réalité, qui est vraiment troublante et assez bien réalisée je dois dire. Je trouve cela intéressant de ne pas imposer une vision des choses sur ce sujet qui relève soit de l’utopie soit du mysticisme au final. A nous de nous en faire un avis ;)  J’aime le fait qu’on n’ait pas non plus une réponse à absolument toutes nos questions, qu’il reste une part de mystère.

Mais en même temps, je ne peux m’empêcher de me demander si il n’y a pas une part d’injustice dans le dénouement de ce livre. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais je n’arrête pas de me demander quelle était l’intention de l’auteure en faisant, en quelques sortes, triompher cette injustice.

En résumé, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, je n’ai rien vu venir, je n’ai rien deviné à l’intrigue, la psychologie des personnages est complexe et parfois même frustrante, mais c’est ce qui fait de ce roman un si bon thriller young-adult. Certaines choses m’ont interpellées, mais tout ne peut pas être parfait, je reste tout de même extrêmement satisfaite de cette lecture ! Je lui ai donné une note de 16/20 !

Citation :

Chaque jour, un nouveau monde s’offre à soi. La question, c’est qu’est-ce qu’on veut en faire ? P 115.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort