Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
L’aube sera grandiose de Anne-Laure Bondoux

Je crois que ça y est. Anne-Laure Bondoux a su gagner mon cœur. J’avais déjà été charmée par un autre roman, Et je danse aussi, qu’elle avait écrit avec Jean-Claude Mourlevat. L’aube sera grandiose m’a totalement conquise et je comprends le prix vendredi qui lui a été décerné.

 L’aube sera grandiose, c’est le récit de femmes fortes, qui savent ce qu’elles veulent dans la vie et se donnent tous les moyens d’y parvenir. Il y a Nine, cette adolescente comme les autres, (si ce n’est le fait qu’elle ait grandi sans figure paternelle) qui voit sa vie bouleversée par un secret familial. On découvre ensuite Titiana, sa mère, celle qui va raconter de manière très romancée son passé, ses origines. Titiana est romancière, et on le ressent, puisqu’elle a cette manie de faire durer le suspense tout au long du roman. C’est elle qu’on suivra principalement. Elle nous présente Orion, Octo, Rose-Aimée, et Jean-Ba. J’ai adoré la relation entre les différents personnages. On sent des liens puissants, que ce soit entre la mère et la fille, les frères et sœurs, les enfants et le beau-père… Leur personnalité les rend réalistes et surtout terriblement attachants, on s’identifie à eux, on a envie de les accompagner dans leurs soucis quotidiens, de les soutenir.

J’ai également énormément apprécié l’univers, les différentes époques du roman. On traverse les années 70, 80 et 90 et on découvre le contexte dans lequel ont grandi nos parents. Anne-Laure Bondoux aborde de nombreuses thématiques propres à ces décennies. Cela m’a rendu nostalgique d’une certaine façon et dès que j’ai fini le roman, j’ai voulu le prêter à ma mère, qui aurait pu se reconnaître dans les pages de L’aube sera grandiose.

Enfin, la plume de l’auteure est parfaite. La lecture était fluide, simple, mais faisait quand même réfléchir et surtout, elle était addictive. J’ai eu vraiment beaucoup de mal à lâcher le roman que j’ai finalement terminé en une après-midi, bien que je n’ai eu aucune envie de quitter Titiana, Orion et Octo…

Bref, un premier coup de cœur pour cette année 2017, un roman qui mérite qu’on en parle, et si vous ne connaissez pas encore Anne-Laure Bondoux, c’est le moment avec L’aube sera grandiose !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort