Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 10 mois
L’anti-magicien : dynamique et passionnant

Dès les premiers chapitres de l’Anti-Magicien on s’attache très vite au héros de l’histoire, Kelen. Ce dernier est le fils d’un des plus grands mages de la cité… malheureusement on ne peut pas dire que les pouvoirs aient été héréditaires dans son cas puisqu’il est particulièrement mauvais en magie. Il n’hésite donc pas à ruser et tricher pour tenter de cacher ses lacunes et cela lui apporte assez rapidement des ennuis dans le roman. En effet afin d’accéder au statut de mage, la première épreuve consiste à affronter un autre jeune de son âge en duel. Duel que Kelen arrive à emporter sur son adversaire, fils d’une famille ennemie à la sienne, en exploitant ses failles… sauf que son stratagème est bien vite découvert et que les choses n’iront que de mal en pis à partir de là.

C’est plutôt de touchant de voir avec quelle force Kelen se démène contre ses restrictions afin de faire honneur à sa famille. Après il faut bien avouer qu’en plus de ne pas posséder de vrais pouvoirs magiques notre héros est particulièrement poissardA croire que tous les ennuis de la terre l’attendent au tournant, prêts à lui tomber dessus dès que l’occasion se présentera. Bien sûr ce ne sera pas sans déplaire au lecteur puisque de fait il se passe toujours quelque chose d’inattendu au détour des chapitres de L’anti-magicien.

Néanmoins si on est très investi dans les péripéties de notre héros, je dois dire que les autres protagonistes du roman restent globalement assez flous car pas assez développés. Le seul autre personnage qui m’a réellement intriguée est donc Furia, la vagabonde que Kelen ne cessera de rencontrer et croiser tout au long du récit. Pour le reste on ne sait pas trop quoi attendre des autres, certains promettent des choses intéressantes pour la suite ceci dit, mais l’histoire est assez dense en elle-même pour qu’on ait aucune sensation de manque.

Il faut dire que le style d’écriture de l’auteur est également très agréable et entraînant. On est vite embarqué dans les péripéties de Kelen mais pourtant l’auteur arrive également à nous familiariser avec son univers au fil des aventures de son héros. Le dosage est vraiment très bon entre aventure et découverte pour un cocktail final explosif !

Finalement L’anti-magicien est presque une gigantesque introduction au reste de la saga sauf qu’on ne s’en rend jamais vraiment compte lors de notre lecture. Le style dynamique de l’auteur et les péripéties haletantes de Kelen ont vite fait de nous passionner et on arrive à la fin de ce roman sans avoir vu les 464 pages passer. Vraiment un roman qui mériterait d’être plus connu !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort