Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 2 mois
La quête de vérité d’une jeune femme en avance sur son temps

Un arbre que l’on cultive en lui murmurant des mensonges ? Cette plante magique est l’invention remarquable autour de laquelle s’articule le roman — une trouvaille si fascinante qu’on en frissonne encore d’excitation.

C’est l’histoire de Faith, jeune fille intrépide et curieuse et, surtout, trop intelligente pour son propre bien. En effet, Faith vit dans l’Angleterre victorienne, une société très codifiée, étouffante, où la place des femmes n’est pas dans les livres de sciences. Élégance, bonté et charité, voilà les domaines où elles sont cantonnées.

Or, Faith voue une admiration sans borne à son père, le révérend Sunderly, un naturaliste mondialement reconnu, et ne rêve que de partager sa passion pour la science (et de recevoir son approbation). Hélas, trois fois hélas, elle se trouve confinée à des rôles féminins d’un ennui mortel… ce qui entretient son penchant naturel à la curiosité. Récemment arrivée avec sa famille dans une petite île reculée du Nord de l’Angleterre, Faith a plusieurs mystères à résoudre :

Pourquoi la population de l’île leur est-elle si hostile ?

Pourquoi sa famille est-elle partie si précipitamment d’Angleterre ?

Que cache son père dans ses précieuses caisses, et pourquoi s’enferme-t-il la nuit dans son bureau pour en ressortir au matin dans un drôle d’état ?

Le mystère de sa vie va bientôt lui être offert sur un plateau lorsqu’un décès brutal et dramatique a lieu sur l’île, qui met toute la population en émoi, et sa famille dans une situation périlleuse.

L’île aux mensonges est un véritable page-turner — qu’il est crucial de ne pas spoiler : plusieurs éléments de mystère mettent le lecteur sous tension. L’univers victorien, pétri de bienséance, nourri de mensonges et de faux-semblants, ajoute une ambiance fascinante à cette intrigue implacable menée par une belle plume.

L’héroïne tête de mule vous rappellera la Lyra de Philip Pullman : frondeuse et attachante ! Nous avons adoré sa personnalité complexe et réaliste, très imparfaite, souvent inspirante. Un personnage qui donne envie de dépasser sa condition !

Ce n’est d’ailleurs pas le seul élément qui semble faire un clin d’œil de qualité à La Croisée des mondes : un univers fantastique, une religion aux relations tumultueuses avec la science… et, surtout, une quête de vérité dans un monde de non-dits.

Un roman qui vous transportera, vous animera — et vous donnera peut-être envie de vous mettre à la craniométrie ou à la photographie post-mortem, hobbies tristement passés de mode, mais fort divertissants.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort