Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 semaines
La Mémoire de Babel

Cela fait presque trois ans qu’Ophélie erre comme une âme en peine sur son arche d’origine, Anima. Ce qu’est devenu Thorn après leur confrontation avec Dieu, elle l’ignore. Mais la surveillance étroite des doyennes l’empêche de faire le moindre écart. Or, lorsque ce cher Archibald débarque dans l’optique de l’arracher aux griffes de ces harpies, Ophélie saute sur l’occasion et s’échappe (avec la discrétion en option). Mais à peine a t-elle le plaisir de retrouver la compagnie de ses vieux amis qu’un nouveau choix s’impose. Rejoindre le Pôle et Bérénilde… Partir à la recherche de la mystérieuse arche d’Arc-en-Terre avec Gaëlle, Renard et Archibald ? A moins que les indices récoltés jusqu’ici et les souvenirs du Livre de Farouk ne la mènent ailleurs… Sur l’arche de Babel par exemple. Mais en suivant cette étrange intuition, Ophélie retrouvera t-elle la trace de Thorn ?

Deux ans et demis ont passé, Ophélie est au bout de sa vie à Anima où, finalement, elle n’a plus rien, plus aucun sentiment d’appartenance, plus de lien en dépit de la présence des membres de sa famille. Thorn a dispary, elle n’a plus aucune nouvelle du Pôle et les Doyennes la surveillent comme le lait sur le feu, BREF C’EST PAS JOJO. Heureusement, Archibald et sa forte propension à l’imprévu débarque et lui offre une porte de sortie. Notre liseuse va pouvoir reprendre un tant soit peu son destin en main et, à la surprise générale, elle décide de se rendre seule sur une arche inconnue au bataillon, Babel, en adoptant une fausse identité comme tout hors-la-loi qui se respecte.

Encore une fois, on admirera le talent de Christelle Dabos pour bâtir des univers uniques. Pour le coup, on entre dans une atmosphère aux doux airs de Babylone, franchement steampunk, à base d’automates un peu teubés, de mega bibliothèque et de tramways volants. Mais à Babel, on ne folâtre pas comme chez ces fifrelins du Pôle. Mots interdits, uniformes, régime gentiment dictatorial… Les règles sont strictes madame. Et la connaissance est reine. Qui la détient, détient le pouvoir. Pas folle la guêpe, Ophélie va tout faire pour intégrer le prestigieux pensionnat des Avant-coureurs, l’élite de Babel. Pensez à des super bibliothécaires qui auraient avalé la classification décimale de Dewey. La jeune femme en est sûre, s’il y a quelque chose de vital à découvrir, c’est au coeur de Babel. Mais faire partie du gratin quand tous ont une soif d’ambition intarissable, ça a un prix et Ophélie va vite le comprendre à ses dépens.

On applaudira une nouvelle fois la volonté de l’autrice de parler des êtres imparfaits, maladroits, incomplets, loin des clichés souvent retrouvés en littérature jeunesse (et pas que). L’émancipation d’Ophélie est aussi l’une des très jolies surprises de ce troisième volume.

La suite, on va tous et toutes l’attendre religieusement je crois. J’ai toujours espoir que Christelle Dabos change son programme et prévoit une saga en cinquante sept opus, mais dans le doute, j’espère qu’elle soignera son final comme elle a soigné tous ses autres romans, parce que peu de bouquins envoient autant de rêve et de magie.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort