Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 semaines
La chanson d’Orphée de David Almond

Avant de parler du livre, arrêtons-nous sur l’objet qu’il est. Je trouve la couverture magnifique et le travail de l’illustrateur Emmanuel Polanco très réussi.

David Almond nous offre une réécriture contemporaine du mythe d’Orphée et d’Eurydice. C’est à travers une plume poétique que l’auteur nous convie dans un monde onirique. Chaque chapitre nous embarque, encore plus en profondeur, dans un récit qui ressemble à un rêve. J’ai beaucoup aimé cet aspect du texte. Cette poésie qui en émane.

Ce texte m’a semblé étrange, parfois je m’y perdais, je me posais des questions sur le pourquoi du comment. Ce qui m’a déconcertée, c’est le fait que l’histoire d’Orphée et d’Ella soit racontée par la meilleure amie de la jeune fille Claire. Cette dernière nous rapporte l’histoire tragique de ces deux amants. Cela peut sembler original mais il y avait un certain trouble que je ressentais durant ma lecture et qui ne m’a pas quittée, même après avoir refermé mon livre.

D’un côté, je trouve le texte magnifique et la réécriture du mythe originale. De l’autre, j’ai trouvé les personnages tellement étranges. Des adolescents qui passent leur temps à airer ici et là, en buvant du vin. Vous allez me dire, c’est ce que les ados de notre époque font (à peu près) mais, il y avait un petit quelque chose en plus que je n’arrive pas à décrire. En plus, de l’étrange absence de réelles figures parentales ou adultes dans l’histoire, j’avais l’impression que l’histoire se déroulait dans un autre espace temps. Les jeunes protagonistes évoluaient dans une bulle surnaturelle.

« Nous, nous nous accrochions à notre jeunesse. Nous étions libres, sans attaches, sûrs de ne jamais devenirs vieux ni ennuyeux. »

La chanson d’Orphée est un texte profondément triste. Dans une Angleterre onirique des adolescents évoluent dans un autre espace temps, celui d’une jeunesse éphémère qui peut voler en éclat à tout moment. J’ai bien aimé ce roman qui déborde de poésie, même si je reste troublée par son étrangeté et sa noirceur.

Photo du profil de Djihane

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort