Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 mois
It, de Catherine Grive

Peut-on réellement savoir qui l’on est ? Avec ce roman, Catherine Grive explore les frontières du genre et de l’identité.

Jo, quatorze ans, que ses parents persistent à appeler Joséphine, ne s’est jamais senti complètement lui-même. À tel point que le quolibet que lui donnent ses camarades de classe lui sied parfaitement : « It », du pronom anglais neutre. Derrière son corps aux caractéristiques féminines, Jo est un garçon. Jo se ressent comme un garçon. Ou peut-être pas ? La vie doit-elle être noire ou blanche ? Droite ou gauche ? Féminin ou masculin ? Au fond, qui est-on réellement ?

Le roman s’ouvre sur un incendie ravageant l’appartement familial. Jo et ses parents se retrouvent expulsés de chez eux, sans rien. Cet incendie fonctionne en adéquation avec le personnage de Jo, puisqu’il permet de libérer sa parole. C’est comme si le feu intérieur qui consumait Jo depuis des années se répercutait sur les murs de l’appartement. En détruisant l’appartement familial, l’incendie fait écho à l’abolition des repères familiaux, bouleversés par l’annonce de Jo.

Jo apprend à construire son identité auprès des différents personnages. Chaque personnage apporte, à sa manière, quelque chose à Jo. En revanche, bien que l’expression du parler belge soit marrante et distingue les Schouppe des autres personnages, je suis navrée de vous apprendre que, depuis la mort de Jacques Brel, plus aucun Belge ne ponctue ses phrases de « Une fois » (désolée de vous décevoir). Les Schouppe sont néanmoins des personnages très drôles, hauts en couleur. C’est une famille attachante.

Catherine Grive aborde, à travers Jo, des questions essentielles quant à l’identité : peut-on renoncer complètement à son genre ? Peut-on être un garçon dans un corps de fille, ou une fille dans un corps de garçon ? Elle donne également le point de vue de l’entourage : les jeunes (et moins jeunes) qui l’acceptent, ou encore les parents qui apprennent à l’accepter.

Pour un roman destiné à un lectorat âgé de treize ans et plus (puisque la collection Scripto s’adresse à ce lectorat), It fonctionne parfaitement. Les éléments sont abordés de manière superficielle, mais cela rend le roman plus facile à lire et à comprendre pour un jeune lectorat. Les démarches administratives et médicales liées au changement de genre sont présentes mais sans entrer dans des détails qui risqueraient de perdre un jeune lectorat (loin de moi l’idée de considérer la jeunesse comme incapable de réflexion et de compréhension, mais vous avouerez que les démarches juridiques ne sont pas toujours faciles à comprendre ou à expliquer).

En conclusion, It, de Catherine Grive, est un beau roman à mettre entre les mains des plus jeunes afin de les ouvrir à la question du genre et de l’identité.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort