Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 semaines
It de Catherine Grive

« It ». Deux petites lettres qui en disent long. Quand j’ai lu le résumé de ce roman de moins de 200 pages, ma première pensée s’est dirigée sur le fait que je n’ai jamais ne serait-ce qu’entendu parler d’une histoire qui traite presque entièrement du transgenrisme. J’ai donc été immédiatement curieuse.

Avant même d’avoir à ouvrir le livre, les bases sont posées : Jo est un garçon. Il le sent, il le sait. La seule chose qui lui manque, c’est de l’admettre pour de bon, c’est d’avoir ce déclic qui lui permettra d’enfin se reconnaître tel qu’il est.

En lisant le livre, quand je voulais parler de Jo, je me demandais souvent : « dois-je utiliser il ou elle » ? Petit à petit, cette question m’est sortie de la tête, et l’utilisation du masculin m’a paru aussi naturelle que pour Jo.

Pourtant, je dirais qu’il manquait un poil de profondeur pour vraiment me faire évoluer davantage sur la question du transgenrisme. 185 pages, c’est déjà extrêmement court pour un sujet si complexe, mais en plus, les premières pages du roman ne font qu’effleurer ce sujet.

Néanmoins, il s’agit d’un roman jeunesse, et j’estime que pour une première lecture sur un thème tel que celui-ci, c’est vraiment abordé de manière douce et progressive, ce qui permet au lecteur de développer son ouverture d’esprit  et de comprendre petit à petit, tout en finesse, la question du transgenrisme.

Finalement, tout se bouscule dans les 50 dernières pages. On a droit différents points de vues, réactions et conseils, à des prises de conscience, à des acceptations à différents niveaux. Et même si j’aurais moi-même voulu en savoir plus sur Jo et son évolution à partir du moment où il a su et affirmé qu’il était un garçon, j’estime que c’est un premier pas suffisant pour les jeunes lecteurs.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort