Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 5 mois
Iskari – Asha tueuse de dragons de Kristen Ciccarelli

Je remercie chaleureusement l’équipe On lit plus fort pour cette découverte !

À la réception de ce roman, j’ai eu le plaisir de découvrir une lettre où l’auteure nous présente et livre son ressenti sur son histoire. J’ai été touchée et elle m’a donné envie de faire la connaissance de Asha. Pour être sincère, en ce moment j’ai beaucoup plus envie de contemporain que de fantasy. J’étais un peu réticente à l’idée de le commencer car j’avais peur de ne pas accrocher, de ne pas arriver à être transportée. Puis, c’est un 1er tome et je craignais aussi de me perdre dans une longue introduction pour mettre en place l’univers. Motivée et accompagnée par mon acolyte EnjoyBooks, nous nous sommes lancés dans cette aventure.

Je ne regrette A-B-S-O-L-U-M-E-N-T pas la lecture de Iskari ! J’ai tout simplement A-D-O-R-É du début à la fin, autant son intrigue, que ses personnages, que son écriture, que son univers tout entier. Kristen Ciccarelli a fait voler en éclats toutes mes peurs. Je me suis immergée dans l’histoire au point d’en être totalement captivée. J’avais du mal à poser le livre. J’avais envie de continuer, d’en apprendre plus et de voir l’évolution du personnage de Asha. J’ai tellement aimé cette histoire que les trois quarts ont été lus en une seule après-midi ! C’est une chose assez rare en ce moment que je tenais à le souligner.

Le roman débute sur une scène d’action, rien de mieux selon moi pour rentrer dans une histoire de fantasy. Je me suis plongée dans le récit, prenant plaisir à le découvrir, à m’immerger et à sentir que le personnage de Asha prenait possession de moi. Kristen Ciccarelli ne perd pas de temps avec les détails et nous présente son univers, ses particularités, sa complexité de manière fluide et ingénieuse. Ce qui fait qu’on a pas l’impression d’être dans une introduction de roman. Elle nous perd pas dans un flot d’informations qui alourdit l’écriture et qui a tendance à nous ennuyer.

J’ai beaucoup aimé la construction de son récit. On alterne les chapitres de narration avec des chapitres où nous sont relatés les histoires du peuple de Asha. Je ne vous en dis pas plus car ils sont importants et il vaut mieux que vous découvriez par vous-même la signification qu’ils ont.

Que dire de son univers ? Je l’ai trouvé original, captivant et intriguant. J’ai été totalement conquise par les intrigues religieuses et politiques mêlant complots, combats, trahisons et révélations. Cela faisait très très très très longtemps que je n’avais pas lu de roman avec des dragons. J’ai été donc ravie d’en voir dans cette histoire. (Mention spéciale pour Kozu et Shadow!). Je ne vais pas vous cacher qu’il y a certaines révélations de l’intrigue qui se devinent très facilement mais pour autant cela ne m’a absolument pas dérangé. J’ai adoré que mes théories se confirment. Avec le rythme du roman, on a pas le temps de s’y attarder. Là où on aurait pu être déçue par la prévisibilité de quelques éléments, l’action s’en mêle. Les combats, les complots et autres événements nous font oublier cela. Le récit a un rythme de fou. Tout bouge tout le temps. Il y a de l’action et même dans les moments un peu plus lent on ne le sent pas. Tout est bien dosé ! Je ne me suis pas ennuyée un seul instant.

En plus de l’action, l’auteure n’oublie pas les émotions. J’ai vibré, j’ai palpité avec les personnages et j’ai eu peur pour eux. Et âme sensible que je suis, je n’ai pas pu retenir mes larmes à deux reprises. Une parce que c’était trop triste et l’autre parce que c’était trop beau. Que voulez-vous ? J’aime mon côté fleur bleue !

Si je suis tombée dingue de cette histoire, c’est aussi grâce aux personnages et en particulier ceux d’Asha et de Torwin. J’ai adoré Asha ! J’ai aimé sa beauté. Elle est précieuse et bien plus que fragile qu’on ne pourrait le penser. Je me suis tout de suite attachée à elle et sentie des complémentarités, des similarités entre elle et moi, ce qui fait que je me suis facilement identifiée à elle. Sans aucun doute, ce qui m’a le plus marqué chez Asha c’est son évolution. En tournant la dernière page, c’est comme si elle s’était révélée. Elle est mise en lumière. Cette évolution, cette avancée du personnage est de toute beauté. J’ai adoré la manière dont cela a été fait par l’auteure. À l’image du reste du livre c’est fait avec intelligence et finesse.

Je suis tombée en pâmoison devant Torwin. J’ai aimé Safire, Dax et les autres. Avec eux, l’auteure fait passer des messages forts sur l’être humain, sur notre façon de nous percevoir et de ce que les autres perçoivent de nous. Les personnages évoluent, grandissent et s’élèvent ensemble. C’est beau !

Avec une écriture attractive et fluide, Kristen Ciccarelli sait accrocher l’attention de son lecteur, le coupant du monde réel, ce qui fait qu’une fois commencé Iskari, on a plus envie de le lâcher. Asha vit dans un monde où les Histoires des temps anciens sont interdites et dangereuses. À l’image de ces Histoires, l’histoire d’Asha l’est tout autant ! Elle agit comme une drogue et nous rend accro. Après la dernière page tournée, on en redemande. À quand le tome 2 OLPF ? J’ai hâte !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort