Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 2 mois
François Place vous présente « La Reine sous la neige »

Vous connaissez peut-être cette figurine en plastique de la reine d’Angleterre : droite, souriante, un bibi sur la tête, on ne sait pas trop si elle dit bonjour ou au revoir.
On la voit partout à Londres, dans les boutiques pour touristes.

Il y a un peu plus d’un an, j’ai lu dans le Courrier international un article de Sam Knight décrivant de manière détaillée le protocole prévu pour les obsèques de la reine Élisabeth II. Tout y est planifié, à la minute près, pendant ces douze jours prévus pour les cérémonies royales et religieuses.
Dans les salles de rédaction, cet événement porte même un nom de code : London Bridge.

Bien sûr, je ne souhaite nullement la mort de la reine, mais j’ai pensé au bouleversement que représentait sa disparition à l’échelle d’un pays si attaché à la Couronne.
Et c’est dans les courants et les remous de ce temps suspendu, hébété, que j’ai voulu plonger une galerie de personnages.

Cela commence par une tempête de neige qui déroute l’avion d’Amsterdam sur Londres. Dans cet avion voyage une jeune fille fragile, Sam. Bloquée dans cette ville qu’elle ne connaît pas, Sam se fait voler son portable, et tombe amoureuse d’Eliot, arrivé en sauveur sur les lieux du forfait. Mais ce coup de foudre est aussitôt contrarié par le caractère impulsif des deux jeunes gens.
Pendant que les Londoniens s’abandonnent au chagrin, Sam entame alors une étrange errance sous la neige. Elle y rencontrera Khan, un petit garçon persuadé que la statuette en plastique de la reine a des vertus protectrices, et que les reines disparues se réincarnent en tigresses blanches.
Le petit Khan, sa mère, Noor, deux détectives truculents, Nigel et Hardy, une vieille dame ancienne costumière de cinéma, Maddie, un dandy écossais, les parents de Sam et June, la mère d’Eliott, policière à la CCTV, se croisent et se rencontrent pendant cette période qui s’achève avec le glas de Big Ben.
Et partout les accompagne cette reine miniature en tailleur pastel et gantée de blanc.

Elle est sur la couverture, j’espère que vous aurez envie de tourner la page pour aller faire, vous aussi, un petit tour à Londres pendant qu’elle vous encourage de son salut amical.

 

François Place

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort