Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 6 mois
En tête à tête avec Tom Pollock !

À l’occasion de la sortie en France de son roman « Le Théorème des Labyrinthes », Tom Pollock répond à nos questions !

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Un passionné d’absolument tout et un nerd de niveau olympique.

Comment décririez-vous votre roman en cinq adjectifs ? 

Intense, étrange, drôle, sombre, réfléchi.

Quel est votre personnage préféré ?

C’est vraiment difficile de répondre à cette question. Le personnage de Peter est celui dont je me sens le plus proche. Sa voix m’est venue de façon très naturelle, et ses crises de panique sont fortement inspirées par ma propre expérience. C’était cependant génial d’écrire le personnage de Bel (ndlr : la sœur jumelle de Peter), sa conviction et sa confiance en elle sont des traits de caractères que je trouvais attrayants, probablement parce que je manque de l’un comme de l’autre. Mais je pense qu’il serait vraiment difficile de dissocier ces deux personnages, leur relation fraternelle aliment une grande partie du livre.

Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Nombreuses et variées. Pour tout ce qui concerne les problèmes psychologiques, j’ai puisé dans ma propre vie, mes expériences relatives à l’angoisse et aux crises de panique. Pour ce qui est de l’espionnage, je me délecte des romans de John Le Carré et de Ben MacIntyre. Pour les maths et la science, et la façon dont ils s’intègrent au roman, j’ai été très inspiré par le podcast Radiolab, en particulier la façon dont il combine science et narration, de sorte que la découverte des idées est aussi passionnante que la découverte de l’intrigue. Et bien sûr, j’ai été inspiré par mes auteurs favoris, qui écrivent des livres vraiment bizarres, difficiles à catégoriser et très amusants, comme Frances Hardinge et Nick Harkaway.

Où et quand écrivez-vous ? Avez-vous des habitudes d’écrivain ?

Mes deux plus grandes habitudes d’écrivain sont de :

  1. Procrastiner
  2. Craindre de ne pas écrire assez

J’écris le plus souvent à la table de ma cuisine ou au Southbank Centre de Londres. Mais la partie la plus importante du processus d’écriture, c’est celle qui se déroule dans ma tête, à chaque instant.

Quels sont les sujets qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

La gentillesse, et les gens capables d’être bons avec eux-mêmes, ce pour quoi je n’ai moi-même pas été très doué durant une certaine période. J’ai longtemps essayé de calculer les probabilités  des événements très effrayants comme des marées noires et des attaques terroristes. Et donc, ça m’énerve vraiment quand des gens sont cruels par peur de choses qui n’ont que très peu de risque de les atteindre statistiquement parlant. Tout ça parce que des personnes d’influence ont décidé qu’ils avaient tout intérêt à maintenir un climat d’insécurité.

Enfin, je tiens beaucoup à ce que les gens sachent qu’ils ne sont pas seuls à être, légèrement, psychologiquement … bizarres.

Pour conclure, aimeriez-vous dire quelques mots au sujet du réseau Talklife ?

Talklife est fantastique. Il s’agit d’un réseau de soutien en ligne destiné aux jeunes souffrant de problèmes psychologiques. Parfois, lorsqu’on a ce type de pathologie, le cerveau peut vous mettre dans une sorte d’impasse étrange. Vous vous dites simultanément :

  1. Grandis, tout le monde doit gérer des choses de ce genre, ne parle pas de ce que tu ressens. Tout le monde va penser que tu es faible et que tu veux attirer l’attention.
  2. Tu es vraiment bizarre. Tu es un monstre. Ne parle pas de ce que tu ressens, tout le monde va penser que tu es un psychopathe.

Ce qui est, bien évidemment, contradictoire. La seule chose que ces pensées ont en commun, c’est l’injonction de garder le silence. Ce qui est débile, parce que parler de nos problèmes psychologiques est l’étape la plus fondamentale pour s’en occuper. J’aime toute organisation ou plateforme qui encourage les gens, en particulier les plus jeunes, à parler, et qui leur fournit la possibilité de le faire. C’est pourquoi je suis fier d’être leur ambassadeur.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort