Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 3 mois
Aussi fascinant qu’ensorcelant !

Harry Potter vous manque ? Vous vous languissez du tome 4 de La Passe-miroir ? Vous avez adoré L’Anti-Magicien ? Ne cherchez plus, on a le roman parfait pour vous : Magic Charly, de Audrey Alwett,

« – Quand tu étais petit, tu racontais à tout le monde que ta grand-mère était une sorcière ! Vous vous entendiez comme des larrons en foire. Elle avait une sacrée imagination, elle aussi… »

À 14 ans, Charly domine tous ses camarades d’une tête, ce qui le rend particulièrement intimidant, alors qu’il s’agit probablement du garçon le plus pacifique de l’école. Lorsque sa grand-mère, disparue depuis cinq ans, surgit à nouveau dans sa vie, complètement amnésique, il ne peut pas s’empêcher de vouloir comprendre ce qui lui est arrivé. C’est en ouvrant une boîte cachée dans les affaires de sa grand-mère qu’il découvre le plus grand secret de son existence. Il descend en réalité d’une longue lignée de magiciers et son aïeule serait l’une des plus respectées d’entre tous : la célébrissime Dame Mélisse.

« – Un Patouilleur. Un débutant qui n’a passé aucun grade mais qui patouille vulgairement la magie. Et je corrige ce que je viens de dire. Tu n’es pas « mal dégrossi », tu es abominablement ignare. Où est ton insigne ? Ne me dis pas que le petit-fils de Dame Mélisse lui-même baigne dans la plus totale illégalité ? »

Plus inquiétant encore, l’amnésie de la vieille femme serait d’origine magique : l’ombre du Cavalier plane sur le monde magicier. Flanqué de sa faux acérée, il fait régner la terreur en cueillant âmes et souvenirs… Plongé malgré lui dans un monde dont il ignore tout, Charly n’a d’autre choix que de devenir apprenti magicier sous la houlette de Maître Lin… Et de se fourrer dans les ennuis avec un talent digne des plus grands héros du genre.

« L’homme était tout en noir. Noir son cheval. Noire sa cape. Noir son chapeau à large bord. Noir le foulard qui masquait son visage. Le Cavalier. »

Car évidemment, rien ne peut jamais être simple, et tout est toujours dangereux. Dans le monde des magiciers, les apparences sont trompeuses et Charly va découvrir des vérités qu’il aurait peut-être préféré ignorer : sur lui-même, sur sa famille, sur son passé et même sur son chat… En prime, Charly se révèle être un piètre Patouilleur ! Au grand désespoir de sa comparse, la talentueuse Sapotille, qui s’échine malgré tout à lui enseigner l’art des runes et des tartes-chercheuses. Heureusement, Charly compense ses lacunes par une bonne humeur à toute épreuve, un courage infaillible et une sacrée dose de débrouillardise !

« Il était soulagé de n’avoir à tracer aucune rune : à son grand désespoir, il avait aujourd’hui constaté son absence de talent pour la réalisation de sortilèges. Intérieurement, il en était blessé et inquiet. Non seulement il ne faisait pas honneur à sa célèbre grand-mère, mais cela compromettait peut-être ses chances de retrouver sa mémoire. »

Dans le monde fascinant créé par Audrey Alwett, les grimoires volent en bataillons ordonnés, les balais volants absorbent la magie et la nourriture cache toujours une surprise : chips explosives, beignets de prédiction, madeleines de réconfort… On peut se lier d’amitié avec une serpillière têtue, les chapeaux mènent vers une autre dimension et les citrouilles se changent en carrosse. On y croise des licornes, des chats, des librairies sur pattes et même un dragon ! Bref, nous allons de découverte en découverte dans un univers riche et amusant, ponctué de trouvailles originales.

« Près de Charly, la boutique lança une de ses pattes en avant. Elle en avait quatre à présent et se mettait en marche. »

Charly est un héros tout à fait singulier : il est incroyablement gentil et positif, même quand tout s’effondre autour de lui. Cette candeur rafraîchissante, d’ailleurs, le plonge dans des situations fâcheuses dont la brillante Sapotille ou la rebelle June doivent le sortir. C’est écrit avec brio et beaucoup d’humour : il est parfois difficile de réprimer un éclat de rire à la lecture. Sans aucun temps mort, l’intrigue va crescendo, tout comme la découverte du monde magique, qui commence par des détails du quotidien pour se finir dans un monde totalement à part. Mais je n’en dirais pas plus car le risque de vous « divulgâcher » tout le piquant de ce roman est grand !

« Il avait recopié tout ce qu’il était supposé maîtriser : le sortilège d’animisme ménager qui donnait vie aux serpillières, celui qui faisait voler les balais, celui qui permettait de prélever une gemnez dans son esprit et celui qui mettait le feu aux allumettes. »

Digne des meilleures sagas jeunesse, Magic Charly est un petit bijou à ajouter à votre collection. Une pincée d’humour, une bonne louche d’aventure et quelques éclats de personnages farfelus se mélangent dans un ouvrage aux surprises aussi savoureuses que drôles.

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort