Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 3 mois
Aussi captivant que dangereux

Avez-vous déjà imaginé un monde où les histoires puissent être dangereuses au point d’en devenir aussi mortelles qu’un poison ? Un monde où il serait interdit de raconter les légendes d’autrefois, de crainte qu’elles attirent dans leur sillage des créatures meurtrières ? Ce monde, aussi passionnant qu’inquiétant, Kristen Ciccarelli vous invite à le découvrir au fil des pages de Iskari.

« Il était une fois une fille attirée par le mal. Et en particulier par les histoires interdites des temps anciens … »

Il y a huit ans, Asha, princesse du royaume de Firgaard, a eu le malheur de céder à sa fascination pour les histoires interdites. Elle les a racontées à voix haute et les conséquences, dévastatrices, hantent encore la jeune fille : attiré par ces histoires comme par un trésor, Kozu, le Premier Dragon, a embrasé le royaume, causant la mort de centaines de personnes. Asha elle-même n’a pas été épargnée : son visage et son corps portent encore les cicatrices des brûlures empoisonnées dont elle a été victime.

« Après avoir vu leur toit, leur vie et leur famille réduits en cendres par le feu de Kozu, les habitants de Firgaard avaient réclamé la mort de la fillette diabolique responsable de cette catastrophe. »

Depuis ce jour, Asha porte le titre d’Iskari, d’après le nom d’un être de légende né pour semer la mort et la destruction. Crainte par son peuple, Asha a juré d’exterminer jusqu’au dernier dragon dans l’espoir de racheter ses fautes. Mais lorsque la chasse touche à sa fin, lorsque Asha troque ses armes contre ses tenues princières, la réalité finit toujours par la rattraper : chaque jour qui passe la rapproche un peu plus de la date de son mariage avec Jarek, le redoutable commandant des armées.

« Elle avait été brûlée par le plus féroce de tous les dragons et elle avait survécu. Qui pouvait en dire autant ? Asha portait sa cicatrice comme une couronne. »

Elle ne l’aime pas ; il ne la craint pas. Pire, il sait comment faire pression sur elle : en menaçant ses proches. Ni sa cousine Safire, née d’une mésalliance, ni son frère Dax, prince impulsif et étrangement affaibli depuis son retour d’un voyage diplomatique, ne sont à l’abri. Pour échapper à ce mariage qu’elle redoute et gagner sa liberté, Asha n’a qu’une seule solution : partir sur les traces de Kozu, le Premier Dragon, et ramener sa tête à son père, quitte à enfreindre la loi. Et tandis qu’elle se risque à sauver la vie de Torwin, un esclave qui, contrairement aux autres, ose la regarder droit dans les yeux, la liste de ses crimes s’allonge petit à petit …

« Les histoires étaient comme les branches d’un arbre dont Kozu était la racine assoiffée. Il suffisait de couper la racine pour que les branches se dessèchent et meurent. »

Vous l’aurez compris, Iskari n’est pas qu’une simple histoire de princesse et de dragons. Héroïne à la fois forte, solitaire et esquintée par les épreuves endurées, Asha s’est construit une carapace. À ses côtés, on affronte une vérité : selon les personnes qui les racontent, les histoires ont toujours plusieurs versions. Et certaines d’entre elles reposent parfois sur des mensonges.

« Il faut endurer d’immenses souffrances afin de s’endurcir contre le mal. »

Dès les premières pages, Kristen Ciccarelli nous propulse dans un monde captivant à la mythologie riche, bâtie sur des légendes qui nous sont contées au fil du récit. Un univers unique et fascinant, sombre et poétique, étourdissant et dangereux, qui aborde la question essentielle de la liberté, de la vérité. Oui, Iskari, c’est tout cela à la fois, et bien plus encore : n’attendez plus, vous ne serez pas déçus du voyage !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort